AUF - Témoignage de membre : Directrice de l'Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (Maroc)

Dans la perspective de l'Assemblée générale de l'AUF qui aura lieu en mai 2017 à Marrakech, nous donnons la parole à nos membres dans une série d'entretien. Présidents, Recteurs et directeurs d'établissements d'enseignement supérieur en Algérie, au Maroc et en Tunisie expriment le sens de leur adhésion et formulent leurs attentes quant à la stratégie 2017-2021 de l'Agence.

Date de publication: 1 février 2017

-BM

AUF - L'IAV est membre de l'AUF rattaché à la région Maghreb.
En tant que directrice, en quoi cette adhésion vous semble-t-elle importante ?

L’ouverture sur notre environnement international est un choix stratégique de notre institution. Depuis sa création en 1968, l’IAV a tenu à développer une politique de coopération durable avec différents partenaires.

De par l’histoire de notre pays et les liens culturels particuliers avec les pays francophones, le choix du partenariat avec l’AUF est stratégique pour le développement de l’enseignement supérieur de notre institution. L’intérêt de cette adhésion réside d’abord dans l’appartenance à un réseau d’institutions universitaires francophones .Cela nous permet de partager notre expérience et notre expertise avec les institutions d’enseignement supérieur en général et en particulier avec les institutions opérant dans des domaines des sciences de la terre et du vivant. Cette adhésion nous permet aussi de renforcer nos liens avec les pays membres en matière de gestion et de qualité de l’enseignement et de la recherche.


​AUF - Durant ces dernières années, l'IAV a pris part à plusieurs projets et programmes de l'AUF. Qu'est-ce que l'AUF vous aura permis d'accomplir ?

Depuis 1999, des conventions de partenariat avec l’AUF ont permis de réaliser des activités de formation et de recherche dans différents domaines : irrigation, ressources naturelles, télédétection et industrie agroalimentaire.
À titre d’exemple, la formation sur la Maîtrise de l'eau et l’irrigation menée par la filière du Génie rural en partenariat avec le CRESA–Canada (1999) et le soutien du Master CRESA sur l’irrigation et la maîtrise de l'eau en partenariat avec la Belgique (2007).
Par ailleurs, de nombreux professeurs de l’IAV ont pu bénéficier de formations de formateurs pour la mise en place de cours en e-learning. Certains professeurs ont pu également relayer ce savoir auprès d’institutions d’enseignement supérieur sub-sahariennes. 


AUF - La force de l'AUF est son réseau de plus de 800 membres. L'Assemblée Générale, temps fort de sa vie associative, les réunira tous à Marrakech en mai prochain. Qu'en attendez-vous ?

Le choix du Maroc n’est pas le fruit du hasard. Le Maroc est un pays francophone, c’est aussi modèle de démocratie dans la région. C’est un pays très engagé sur le plan africain. Nous attendons d’ailleurs que cette Assemblée prenne une dimension africaine. En effet, depuis des décennies l’IAV a développé des liens étroits dans le cadre de la formation de lauréats africains (annuellement 7 à 10 % de nos étudiants sont originaires de pays sub-sahariens), d’accompagnement pour le développement des capacités des cadres africains dans les domaines où l’IAV a développé une expertise internationale. Le rôle de l’AUF est déterminant pour consolider les acquis des établissements d’enseignement supérieur et faciliter le partage entre partenaires pour une qualité de l’enseignement supérieur durable.


AUF - Dans la région Maghreb, sur quels enjeux prioritaires souhaiteriez-vous voir l'AUF intervenir ?

Les enjeux sont multiples et il n’y a pas lieu de les dissocier. La langue n’est pas un simple outil de communication, elle permet de véhiculer des valeurs, de tisser des liens et de bâtir sur la base d’objectifs communs. La recherche doit être portée sur des projets ayant un impact économique répondant à des besoins identifiés et prenant en considération les attentes et les particularités des pays concernés. Dans ce cadre le développement d’un partenariat avec le monde professionnel est indispensable. L’IAV Hassan II est très sensible à l’insertion professionnelle des jeunes diplômés. Cette question doit être étudiée de façon proactive. Ainsi dans le cadre de la coopération européenne, l’IAV, partenaire du projet RESUME "RESeau Méditerranéen pour l’Employabilité", a abrité du 14 au 16 décembre 2016 la réunion des partenaires du projet, ainsi qu’un séminaire sur les Meilleures pratiques dans les politiques régionales, nationales et locales pour la promotion de l’emploi et de l’esprit d’entreprise. Le projet regroupe un consortium de 17 partenaires, représentants 6 pays (Espagne, France, Italie, Liban, Maroc, Tunisie) du pourtour méditerranéen.
C’est à travers une bonne gouvernance universitaire que cela peut être concrétisé. Nous souhaitons que l’AUF apporte un appui aux projets relatifs au renforcement de capacités et à la mobilité estudiantine. Son soutien peut constituer une plus-value aux relations de partenariats développés.
 

​AUF - Innovation, expertise et partenariat : ces notions, désormais au centre de la stratégie de l'AUF, font-elles écho à votre mode de gouvernance ?

Depuis sa création l’IAV a tissé des liens de partenariat avec des pays de différents continents (Afrique, Amérique, Europe, Asie et Océanie). Plus de 500 conventions cadres et spécifiques nous ont permis, dans une première phase, de renforcer la formation de nos formateurs. Puis, dans une deuxième phase nous avons pu contribuer, à notre tour, à la formation des cadres de nombreux pays et de développer des actions de recherche. Des projets de recherche financés dans le cadre de la coopération Internationale nous permettent de répondre aux besoins exprimés par nos partenaires africains et de contribuer au développement de leur sécurité alimentaire.
L’importance du volet académique est indéniable mais la recherche n’est pas une fin en soi. Ses résultats doivent être valorisés et avoir des impacts économiques, et ce à travers l’innovation. C’est à ce niveau que le soutien doit être opérationnel. Les résultats et impacts de la recherche consolideront le développement durable des pays bénéficiaires.