Avis de Soutenance de Thèse de Doctorat présentée par : DARKAOUI Sami

                                                                                     AVIS DE SOUTENANCE

DE THESE DE DOCTORAT

               

présentée par :                  Monsieur DARKAOUI Sami

Domaine :                        Sciences vétérinaires

Unité de Recherche :       Epidémiologie et pathologie des maladies animales, émergentes et ré-émergentes

Intitulé de la thèse :         Lutte contre la rage au Maroc: Opportunités d’améliorations et perspectives pour une nouvelle stratégie

 

Membres du jury:

Pr Ouafaa FASSI FIHRI , IAV Rabat (Directeur de thèse)

Pr Mohammed BOUSLIKHANE, IAV Rabat (Membre du comité de thèse)

Pr Florence CLIQUET, ANSES Nancy (Membre du comité de thèse)

Pr Jaouad BERRADA, IAV Hassan II, Rabat (Rapporteur)

Pr Hassan BOUAYAD, IAV Rabat (Rapporteur)

Pr Mehdi EL HARRAK, Clinvet Maroc - Expert OIE, FAO (Rapporteur)

 

Date :                      Jeudi 19 janvier 2017 à 9h30

Lieu :                       Salle de conférences, IAV Rabat

Résumé de thèse

La rage est une des zoonoses les plus mortelles qu’a connu l’humanité. Au niveau mondial, elle cause 74.000 décès par an et la situation épidémiologique a évolué au fil de l’histoire grâce à la vaccination : vaccination antirabique de masse des chiens à l’aide de vaccins inactivés et vaccination par voie orale de la faune sauvage à l’aide d’appâts vaccins vivants. L’Asie et l’Afrique sont les continents où les chiens sont les moins vaccinés d’où l’endémicité de la rage canine, principale source de contamination humaine, au niveau de ces deux continents.

Le Maroc à l’instar des pays africains est endémique de rage avec le chien comme réservoir et vecteur de la maladie. Les efforts de lutte remontent à 1911 date de la première vaccination antirabique. Notre revue rétrospective (1911 – 2015) de l’épidémiologie de la rage fait ressortir que les caractéristiques de cette maladie sont stables. Le nombre de cas de rage chez le chien pour la période allant de 1942 à 2015 connait une évolution en cloche avec une phase ascendante puis une inversion de tendance à partir de 1982, année de lancement du premier Plan National de Lutte contre la Rage. Les déclarations de rage canine totalisent 51% des cas animaux enregistrés pour la période 1951 à 2015. Les autres espèces en sont des victimes (bovins à 26%, équins à 13%, chats à 5%, ovins et caprins à 4%). L’évolution des cas de rage est caractérisée par deux pics saisonniers au printemps et en automne qui suivent l’évolution du cycle sexuel de la chienne. L’ensemble du territoire national est touché par la présence du virus rabique. La plupart des déclarations (80%) sont enregistrées en milieu rural et une moyenne de 317 cas animaux sont diagnostiqués chaque année. La moyenne des cas de rage humaine est de 21 cas/an. L’incidence de la rage humaine connait une évolution descendante de 1974 à 2015. D’un point de vue moléculaire, le virus de la rage qui circule au Maroc appartient à l’espèce virale Africa 1. Depuis son démarrage, le premier plan de lutte contre la rage a été ajusté plusieurs fois. La lutte contre la rage est essentiellement focalisée sur la vaccination en masse des chiens à propriétaires en milieu rural.

Au cours de notre étude, nous nous sommes intéressés au vaccin utilisé pendant les campagnes de vaccination de l’état, en l’occurrence le RABIVAC ®. Nous l’avons testé dans des conditions de laboratoire et sur 919 chiens à propriétaires dans différentes zones du Maroc. Il a prouvé sa capacité à induire une haute réponse humorale et une protection de chiens vaccinés contre une épreuve virulente par un virus rabique.

Les différents plans de lutte contre la rage n’ont jamais réussi à éliminer la maladie et nécessitent un changement de stratégie. Nous avons étudié la possibilité d’utiliser un vaccin antirabique oral pour chien contenant la souche SAG2. Il dispose d’une bonne innocuité et d’une efficacité prouvée sur chien. Nous avons testé les appâts vaccinaux quant à leur appétence chez le chien marocain errant et à propriétaire. Les stratégies de distribution proposées par l’OMS ont aussi été testées. Les résultats ont démontré que la vaccination orale des chiens à propriétaires et des chiens errants est faisable. L’objectif de la vaccination orale est d’atteindre une frange de la population canine inaccessible pour la vaccination parentérale, cette méthode est donc indissociable de la vaccination injectable.

L’ouverture des plans de lutte contre la rage à d’autres acteurs non étatiques selon l’approche « Un monde- Une santé » permettra d’augmenter leur efficacité. Cette ouverture sera réalisée à travers des partenariats publics-privés, des contrats-programmes ou des modèles de gestion déléguée qui existent déjà au Maroc dans d’autres domaines. Tous les ingrédients pour éliminer la rage existent au Maroc.

 

Mots clés : Rage ; Maroc ; Chien ; Vaccin inactivé ; Vaccin oral ; Plan de National de lutte contre la Rage ; Rabivac ; SAG2 ; Un monde- Une santé ; Efficacité ; Activité ; Appétence. 

INVITATION GENERALE