Coopération Sud-Sud : Action Triangulaire, IAV Hassan II – BADEA - Pays Africains Subsahariens anglophones.

L’élevage en Afrique constitue l’un des principales sources de revenus des Etats et de l’essentiel de la population active.  Aussi, face à l’urgence du problème de la faim dans le monde et avec plus d’acuité en Afrique puisque 265 millions de personnes souffrent de la faim en Afrique de l’ouest, l’élevage semble  être un levier indispensable dans cette lutte contre la pauvreté, mais aussi contre la faim (FAO 2008). 

Cet atout qui est l’élevage, risque de ne pas être une solution à cause des maladies animales qui sévissent freinant ainsi son développement. Parmi ces maladies, les pathologies  parasitaires constituent une contrainte majeure, avec des  incidences très marquées allant des infestations morbides jusqu’à la mortalité.  Il est important de noter que le parasitisme pèse lourdement sur les différentes productions animales en Afrique Subsaharienne où l’élevage  est caractérisé par son mode de conduite quasi extensif, puisque 98% des troupeaux bovins, ovins, caprins et camelins dépendent des parcours et des jachères pour leur alimentation. Ce système d’élevage rend les animaux exposés en permanence à de nombreuses infestations parasitaires.


Pour lutter contre ces maladies, le Laboratoire de Parasitologie de l’Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II (IAV Hassan II), a organisé une formation en helminthologie, avec le concours et l’aide financière de la BADEA (Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique). Dans le même cadre, l’AMCI (Agence Marocaine de Coopération Internationale) a apporté une aide précieuse pour faciliter l’organisation de cette importante activité. Une vingtaine de  scientifiques majoritairement des vétérinaires de douze pays africains (Botswana, Erythrée, Ethiopie, Gambie, Ghana, Kenya, Malawi, Nigeria, Sierra Léone, Soudan du Sud, Tanzanie, et la Zambie) ont bénéficié de cette formation de 15 jours qui s’est déroulée entre le mois d’avril et le mois de Mai 2017.

Cette formation  vise à consolider les liens humains et scientifiques entre le Maroc et  les pays de l’Afrique Subsaharienne.  Des experts de l’IAV  Hassan II, se sont  proposé d’apporter une aide précieuse pour  former des ressortissants des pays cibles, afin de mieux diagnostiquer ces maladies et les contrôler. A noté que l’expérience marocaine est riche d’intérêt, dans la mesure que les approches développées ont ramené l’incidence des maladies parasitaires à un niveau très bas dans le pays. 

 
Grace à cette action triangulaire, la BADEA a contribué au renforcement des capacités de scientifiques  africains pour lutter contre ces maladies et gérer le poly parasitisme des animaux de rente en Afrique Subsaharienne.