Workshop International sous le thème : Gestion Intégrée et Durable des Territoires Oasiens

Les oasis sont des agro systèmes anthropisés tout à fait originaux construits par une concentration humaine autour d’un point d’eau dans un milieu aride ou subdésertique. Elles sont généralement constituées d’une végétation étagée dont la strate dominante est constituée de palmiers dattiers. Ce trait commun recouvre, cependant, une grande diversité de formes et de structures. En Afrique du nord et au moyen orient, les oasis traditionnelles connaissent un certain déclin, des dynamiques de résilience et des forces de résistance. Mais sur certains territoires, des dynamiques d’installation de nouvelles palmeraies ou formes d’agriculture sahariennes apparaissent en utilisant les eaux souterraines, notamment au Maroc et en Algérie. Ce sont ces évolutions et leurs conséquences sur l’environnement et l’utilisation des ressources naturelles, au sein des anciennes et nouvelles oasis et leurs interrelations avec les modes d’élevage et les activités non agricoles (tourisme, artisanat, mines,…) que nous cherchons à analyser dans ce ce workshop en jouant sur la diversité des situations qu’on y rencontre. Les contraintes et menaces peuvent être de plusieurs ordres:

  1. Naturel : la sécheresse à caractère structurel lié au climat aride de type saharien caractérisé par la rareté des précipitations et des vents très violents et chauds (tempêtes de sables et chergui aggravé par le changement climarique), intensité du phénomène d’érosion éolienne et d’ensablement des exploitations agricoles et des infrastructures, dégradation très poussée des parcours environnants des oasis par le surpâturage et la succession des années de sécheresse très sévères entraînant une insuffisance et un déséquilibre de la ration alimentaire du cheptel (ovin, caprin et camelin), insuffisance des eaux superficielles et leur salinité par endroit, faiblesse des superficies agricoles utiles avec des sols squelettiques et pauvres ne favorisant pas une production végétale intensive, utilisation des fois abusive des eaux souterraine pour pratiquer des cultures intensives malgré la menace sur la durabilité des systèmes oasiens;
  2. Organisationnel : Manque d’études sur le potentiel en terres cultivables et leurs caractéristiques agronomiques, faible réalisation des études et recherches en agronomie saharienne, faible développement des filières et des circuits de commercialisation des produits agricoles et de terroir, notamment ceux des dattes, faible implication des institutions financières et du secteur privé dans le financement des projets de production dattière ;
  3. Général : difficulté de mobilisation des eaux profondes pour l’abreuvement du cheptel et l’irrigation en plus des coûts exorbitants en raison des profondeurs excessives des nappes. Malgré les contraintes (rareté de la ressource en eau, salinité, sécheresse, faible développement des filières de production, …), les oasis connaissent des forces et présentent des opportunités telles que :

• La place réservée au secteur agricole dans la stratégie et les plotiques publiques des différents pays de la région pour le                        développement rural ;

• L’existence d’un cadre juridique favorable aux investissements agricoles ; L’ouverture des économies   nationales sur le marché mondial, leur climat favorable au développement et à la maturité de l’ensemble des variétés de palmier  dattier en plus d’une diversité des cultures intercalaires ;

• La possibilité de développement de la filière datte notamment biologique ;

• L’utilisation diversifiée des produits du palmier dattier et de la datte ;

• La diversité de la production agricole notamment dans les zones irriguées et les périmètres d’épandage des eaux crues ;

• L’émigration des populations et leur attachement à leur région d’origine ;

• La possibilité de valorisation agro-touristique et industrielle de la datte et des produits dérivés

• Le savoir-faire local des producteurs susceptibles d’être valorisés pour la ‘labellisation’ des produits

 

Objectifs

Le workshop sera une occasion de débattre des questions suivantes :

  1. Quelles pratiques de gestion des eaux et des sols dans les oasis ?
  2. Quelles performances des systèmes de production ?
  3.  Quelle organisation pour les filières d’intérêt économique au sein des systèmes oasiens ?
  4. Quelles contraintes et opportunités pour le développement durable des oasis ?

Thèmes

4 principaux thèmes ont été retenus pour le workshop :

  1. Systèmes de production oasiens ;
  2.  Valorisation et marketing des produits oasiens;
  3. Développement et dynamiques des territoires présahariens ;
  4.  Gestion durables des ressources naturelles dans les oasis et les milieux présahariens.

 

Calendrier

  • Date de soumission des résumés : 31/01/16
  • Date de notification d’acceptation : 15/02/2016
  • Date limite d’envoi des articles : 15/03/2016

 

Frais de participation

Les frais de participation au workshop constituent un forfait payable par virement international ou national ou par chèque (le n° de compte sera cimminiqué ultérieurement) ou en espèce au plus tard le 15/03/2015. Ces frais couvrent l’accès aux conférences, la documentation, aux repas de midi (13, 14 et 15 Avril 2016) et aux pauses café et un diner de clôture. Les frais d’inscription et de participation par personne physique ou morale sont comme suit:

• Etudiants : 300,00 DH • Chercheurs et Universitaires : 1 000,00 DH • Entreprises et administration : 3 000,00 DH

Programme 

BrochureWorshop(fr)     BrochureWorshop(ang)